Les balades de Jim : les Ecrins l’hiver

Cette année il a fallu innover : les vacances de ski se sont passées sans ski, avec le Jimouille mandaté pour découvrir 3 secteurs des Ecrins. L’action trépidante se passe donc du côté de Vallouise, de Pelvoux et d’Ailefroide (oui comme en été d’ailleurs).

Mais pour voir quoi au fait?

Une forêt saupoudrée de sucre glace la matin?

Oui, mais pas que.

Foret enneigée

Foret enneigée // Canon 6D : ISO 320, focale 600mm, ouverture f/8, obturation 1/640

Des coulées de neige de fin de journée marquant une fonte irrémédiable du fin manteau blanc de l’année?

Oui aussi, mais pas que.

Avalanche

Avalanche // Canon 6D : ISO 500, focale 600mm, ouverture f/6.3, obturation 1/4000

Un peu d’astronomie histoire de profiter du ciel sans pollution?

Heu ça non, la transformation en stalactite nocturne n’était pas à l’ordre du jour.

Lune matinale

Lune matinale // Canon 7D : ISO 800, focale 600mm, ouverture f/6.3, obturation 1/1600

Nous avons donc parcouru essentiellement 3 secteurs.

Le premier, entre Vallouise et Pelvoux (et même plus haut) nous a donné quelques inquiétudes : le coin à cincles plongeurs (Cinclus cinclus) semblait presque désert.

La sortie d’eau de l’usine hydro-électrique en amont du Gyr était pourtant bien dégagée…

Sortie usine en amont du Gyr

Sortie usine en amont du Gyr // Canon 7D : ISO 800, focale 150mm, ouverture f/5, obturation 1/3200

La nourriture sous forme de larves de trichoptères (les porte-bois), était abondante…

Larves de trichoptères

Larves de trichoptères // Canon 6D : ISO 1600, focale 100mm, ouverture f/9, obturation 1/180

… Et active.

Larves de trichoptères

Larves de trichoptères // Canon 6D : ISO 1600, focale 100mm, ouverture f/9, obturation 1/180

Mais les faits étaient là : quand l’année dernière j’en voyais 6 ou 7 sur une longueur de 2.5 Km de rivière, cette année il n’y en avait que 3 ou 4.

Ajoutez à cela qu’ils étaient très méfiants, impossible de les approcher autant que l’année passée, que certains étaient de véritables coquins, du genre à tourner le dos juste au moment où le photographe appuyait sur le déclencheur…

Cincle plongeur

Cincle plongeur // Canon 6D : ISO 1600, focale 600mm, ouverture f/6.3, obturation 1/500

… Y compris en prenant le bain, c’est dire!

Cincle plongeur

Cincle plongeur // Canon 6D : ISO 1600, focale 600mm, ouverture f/6.3, obturation 1/500

Mon inexpérience de l’objectif utilisé a fait le reste. Il a donc été très compliqué d’obtenir ce genre de cliché…

Cincle plongeur

Cincle plongeur // Canon 7D : ISO 500, focale 600mm, ouverture f/6.3, obturation 1/1000

… et je ne vous parle même pas du portrait de face.

Cincle plongeur

Cincle plongeur // Canon 7D : ISO 500, focale 600mm, ouverture f/6.3, obturation 1/1000

L’explication la plus probable à cette « raréfaction » localisée des cincles est liée au fait que les cours d’eau étaient moins pris dans la glace, et que les cincles avaient plus de place. Certains étaient donc plus en amont du Gyr, comme j’ai pu le voir dans le torrent de l’Eychauda ou, pour la première fois, j’ai entendu et vu des cincles en février.

Il était temps de passer au secteur de l’Eychauda.

Là c’était plus sportif, le sac lourd se faisait sentir, mais le Jimouille, accroché façon cani-cross, faisait son boulot. C’est assez surprenant de voir ce qu’un chien de 17-18 Kg est capable de tracter et avec quelle force. Passons.

Nous sommes donc allés là…

Jim à Chambran

Jim à Chambran // Canon 6D : ISO 100, focale 58mm, ouverture f/6.3, obturation 1/800

Et même plus loin…

Jim à Chambran

Jim à Chambran // Canon 6D : ISO 100, focale 105mm, ouverture f/6.3, obturation 1/1600

… en suivant le GR54 (puisque l’autre chemin menait au coeur du parc des Ecrins, interdit aux chiens et de toute façon, l’hiver tout seul il vaut mieux rester prudent). Nous sommes donc restés aux pieds de la montée au lac de l’Eychauda, ci-dessous au fond de vallée.

Vers le lac de l'Eychauda

Vers le lac de l’Eychauda // Canon 6D : ISO 100, focale 24mm, ouverture f/7.1, obturation 1/1000

Bon, mais qui avait-il à voir là haut?

De la neige, forcément…

Neige

Neige // Canon 6D : ISO 100, focale 24mm, ouverture f/7.1, obturation 1/1000

…Des paysages magiques le matin au lever du soleil

Paysage ensoleillé

Paysage ensoleillé // Canon 6D : ISO 100, focale 24mm, ouverture f/9, obturation 1/3200

Et personne, ni même un bruit autre que celui du vent : une chose en raréfaction par les temps qui courent.

Bien sûr, il y avait de nombreux animaux, mais je n’ai jamais pu avoir une vue directe. La faute à la présence du chien (pourtant attaché), ou plus certainement aux bruits faits par mes chaussures de glacier sur cette neige changeante sans parler de l’heure de départ sûrement trop tardive.

On a donc repéré des traces de sangliers en nombre…

Traces de sanglier

Traces de sanglier // Canon 6D : ISO 100, focale 24mm, ouverture f/4, obturation 1/250

Dont un avait visiblement eu quelques problèmes qui resteront inexpliqués…

Carcasse de sanglier

Carcasse de sanglier // Canon 6D : ISO 100, focale 80mm, ouverture f/5.6, obturation 1/500

En passant tôt le matin au même endroit il n’y avait rien, ni même la moindre odeur. Quelques heures plus tard, il y avait cette moitié, qui avait sûrement glissée du haut de l’escarpement bordant le GR, soit à cause d’un renard ou d’un blaireau (j’ai repéré de nombreuses traces de ces deux là). Quant à la carcasse, un charognard à plumes s’en était visiblement occupé (il y avait un couple de grands corbeaux dans le secteur). Impossible de savoir ce qui avait provoqué la mort de cet animal sans avoir la tête. La piste du loup étant considérée comme peu probable par les locaux, il restait celle de l’animal blessé ou malade, ou encore celle d’une hypothétique prédation par un aigle royal (mais l’animal était déjà assez grand).

Dans un registre plus léger, la piste d’un lièvre nous a bien fait rire, jugez plutôt :

Traces de lièvre

Traces de lièvre // Canon 6D : ISO 100, focale 90mm, ouverture f/7.1, obturation 1/640

Et quand vous regardez la trace entière, vous vous demandez dans quel sens il a bien pu vouloir aller.

Traces de lièvre

Traces de lièvre // Canon 6D : ISO 100, focale 24mm, ouverture f/7.1, obturation 1/640

Enfin, j’ai pu honorer mon rendez-vous annuel avec des lézards des murailles (Podarcis muralis), aux mêmes endroits que d’habitude. Il a juste fallu attendre que la neige fonde un peu et il fallait penser à y aller aux heures chaudes de la journée. Voici donc un des curieux se préparant à lézarder…

Lézard des murailles

Lézard des murailles // Canon 6D : ISO 400, focale 100mm, ouverture f/5.6, obturation 1/2000

… Ou encore celui-ci, semblant se demander à quoi je jouais.

Lézard des murailles

Lézard des murailles // Canon 6D : ISO 400, focale 100mm, ouverture f/6.3, obturation 1/2000

Il était temps de prendre de la hauteur et de changer de secteur pour aller au fond à droite du Pelvoux…

Mont Pelvoux

Mont Pelvoux // Assemblage de 4 photos – Canon 6D : ISO 100, focale 24mm, ouverture f/7.1

… Dans une zone encaissée…

Ailefroide

Ailefroide // Canon 6D : ISO 250, focale 150mm, ouverture f/5, obturation 1/4000

A Ailefroide donc.

Jim à Ailefroide

Jim à Ailefroide // Canon 6D : ISO 100, focale 47mm, ouverture f/7.1, obturation 1/500

Pour y voir quoi?

Des petits glaçons : les stalactites…

Stalactites

Stalactites // Canon 6D : ISO 100, focale 100mm, ouverture f/6.3, obturation 1/320

… Ainsi que des glaçons plus gros : le Glacier Blanc 5 Km plus loin.

Glacier Blanc

Glacier Blanc // Canon 6D : ISO 200, focale 150mm, ouverture f/5, obturation 1/4000

A une telle distance, impossible d’avoir une vision nette du paysage à cause des flux thermiques, mais on reconnait quand même la glace déjà bleue sous la couche de neige.

Glacier Blanc

Glacier Blanc // Canon 6D : ISO 200, focale 600mm, ouverture f/6.3, obturation 1/4000

Côté flore, il y avait l’habituelle hellébore fétide (Helleborus foetidus, Ranunculaceae) compliquée à prendre en photo…

Hellebore fétide

Hellebore fétide // Canon 6D : ISO 100, focale 93mm, ouverture f/4, obturation 1/320

… ainsi que quelques fougères.

Et côté animaux?

J’ai longtemps cru que je devrais me contenter de cette seule observation…

Chamois

Chamois // Canon 7D : ISO 100, focale 600mm, ouverture f/6.3, obturation 1/800

Trop loin, limite flou… Mais j’ai eu de la chance.

Pour ceux qui connaissent, je me suis arrêté boire un café dans la seule buvette d’Ailefroide toujours ouverte même l’hiver, et j’ai pu, pendant que le Jimouille draguait une copine, papoter chamois. Ca ne rate jamais, c’est comme si la personne avec laquelle je discutais avait un signal GPS indiquant la position des chamois. Il fallait avoir l’oeil pour les repérer, jugez par vous même (et encore, la photo a été traitée, ce qui facilite les choses).

Chamois

Chamois // Canon 6D : ISO 100, focale 600mm, ouverture f/6.3, obturation 1/4000

Une autre plus facile.

Chamois

Chamois // Canon 6D : ISO 1000, focale 600mm, ouverture f/6.3, obturation 1/800

Alors après, pour tenter de faire de meilleure photos, on s’est approché un peu (mais pas trop) et, comme pour les cincles, il a fallu se montrer patient car entre celui qui se cache derrière les branches et l’autre qui nous montrait son derrière…

Chamois

Chamois // Canon 6D : ISO 1000, focale 600mm, ouverture f/6.3, obturation 1/1250

Il a fallu attendre qu’un d’eux sorte des branches (tout comme moi)…

Chamois

Chamois // Canon 6D : ISO 1000, focale 600mm, ouverture f/6.3, obturation 1/1000

(au fait, vous avez vu le second?)

… Et s’affiche au grand jour.

Chamois

Chamois // Canon 6D : ISO 1000, focale 600mm, ouverture f/6.3, obturation 1/1000

Après il a bien fallu rentrer.

Le Jimouille s’en sera payé une sacrée tranche et il aura enfin gagné ses galons de « meilleurs copains ». Il a mis du temps, mais il faut dire que la barre était très haute.

Jim

Jim // Canon 6D : ISO 100, focale 67mm, ouverture f/6.3, obturation 1/640

Pour le making-of, il aura fallu au total 5 jours de rando (91 Km enregistrés sur Garmin) avec un sac de plus de 15 Kg contenant le matériel photo et bien sûr le matériel de sécurité puisque nous sommes en haute montagne et l’hiver. Cette année, comme souvent d’ailleurs, le secteur le plus dangereux était celui permettant de se rendre à Ailefroide. Alors c’est vrai que si côté avalanche de neige on était relativement tranquille, le risque provenait plutôt des chutes de blocs liées à la gélifraction. Or, pour se rendre à Aildefroide on a le choix entre la route et son couloir d’avalanche unique qui ne permet pas d’anticiper (quand on entend et/ou voit c’est trop tard), et le chemin partant de Pelvoux Les Claux, réputé moins dangereux, mais qui contient 3 couloirs d’avalanche dont la configuration permet une meilleure (enfin, il faut vite le dire) anticipation en cas de coulée de neige/chute de pierres.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour valider votre commentaire, répondez à cette question : * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.