Les ballades de Jim : le lézard qui se prenait pour un crocodile.

Il se passe des choses étranges quand on est un chiot de 3 mois pesant à peine 6Kg (comme ça vous avez compris d’où venait ce prénom « Jim », puisque nous sommes l’année des « J »).

Rentrer à la maison s’avère fastidieux car vu d’en bas ça fait haut quand même.

Vu d'en bas

Canon M : ISO 100, focale 11mm, ouverture f/4, obturation 1/1600s

Toujours est-il que ce matin là je suis sorti pour la première fois. Là c’est moi avant.

Jim

Canon 6D : ISO 400, focale 180mm, ouverture f/3.5, obturation 1/3200s

Vous aurez remarqué ma taille immense qui me permet de dominer, haut la main… le trèfle.

Au loin 7h sonnaient au clocher du village.

Clocher village

Canon 7D : ISO 400, focale 400mm, ouverture f/5.6, obturation 1/640s

(Oui je suis un lève tôt, ce qui fait râler mon maître – Oui plus que d’habitude 😉 ).

Bref, nous avons marché dans un champ et j’étais tout mouillé, tout ça pour atteindre une prairie dans laquelle mon copain humain a brutalement posé son sac à terre, pris un truc énorme avec lequel il m’avait visé plusieurs fois déjà et s’est couché par terre : ça m’a tellement surpris que je suis resté collé au sac, et j’ai aboyé très fort pour être certain qu’il n’oublie pas qu’il l’avait posé son sac là.

Il m’a appelé pour me montrer ce qu’il faisait : il regardait des trucs qui volaient, des bleus comme celui là dont j’ai oublié le nom (NDLR : oui je sais c’est bien pratique comme excuse 😉 ), un azuré je crois bien.

Azuré

Canon 6D : ISO 160, focale 180mm, ouverture f/8, obturation 1/320s

Et un autre, vu de profil donc plus facilement identifiable, le demi-deuil (Melanargia galathea, Lepidoptera Nymphalidae).

Demi deuil

Canon 6D : ISO 400, focale 180mm, ouverture f/6.3, obturation 1/640s

On a même vu un embouteillage sur une feuille : deux coccinelles se faisaient face et aucune des deux ne voulait laisser passer l’autre.

Coccinelles

Canon 6D : ISO 400, focale 180mm, ouverture f/5.6, obturation 1/160s

Toujours est-il qu’il y avait de nombreux bruits dans l’herbe autour de nous. Certains semblaient être plus intéressants que d’autres car plus intenses. Il parait que c’était des lézards ou des serpents, je n’ai pas bien saisi la différence. Toujours est-il qu’on entendait un « pschiiit » par là, un autre par là aussi et d’un seul coup un « plouf » bien sonore! Nous nous sommes arrêtés tous les deux, le grand dadais à 2 pattes ayant l’air tout aussi surpris que moi. Il a fallu s’approcher pour voir.

Lézard vert

Canon 6D : ISO 3200, focale 180mm, ouverture f/5.6, obturation 1/320s

Et oui un lézard vert!

Vous le trouvez flou? Moi aussi, il faut dire qu’il était sous l’eau à ce moment là. 5 minutes plus tard il sortait la tête de l’eau (et nous étions alors plus près de lui)…

Lézard vert

Canon 7D : ISO 1600, focale 400mm, ouverture f/8, obturation 1/200s

… Histoire de reprendre son souffle (peut-être) et de vérifier où nous étions (plutôt). Et comme nous étions encore là, il a replongé partiellement, ne laissant sortir de l’eau que ses narines…

Lézard vert

Canon 6D : ISO 8000, focale 180mm, ouverture f/8, obturation 1/320s

… Tout en fermant les yeux, cherchant à imiter sa lointaine cousine l’autruche surement?!

Toujours est-il que comme j’étais mouillé et moins blanc qu’au début, il était temps de rentrer.

Jim

Canon 6D : ISO 320, focale 180mm, ouverture f/5, obturation 1/2500s

… mais cette image est trompeuse, je me suis fait porter, c’était moins fatiguant et plus confortable 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour valider votre commentaire, répondez à cette question : * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.