De Pelvoux à Chambran : vers l’Eychauda

Vaste entreprise que de vouloir aller faire un tour dans un lac glaciaire même en fin d’hiver. D’ailleurs coupon cours à tout suspens : je n’ai pas dépassé Chambran, car après on entre dans le domaine de la prise de risque inutile en cette période, surtout quand on est seul.

Essai 1 : départ depuis Pelvoux – Le Fangeas (altitude 1230m), le reste en image (fichier gpx inside).

Etant habillé pour affronter du froid, malgré la chaleur du début de l’après midi, je grimpe rapidement jusqu’à la route située 150m plus haut sans même chausser les raquettes sur une neige tantôt molle, tantôt glacée au gré du match que jouaient le soleil et les arbres : il faisait trop chaud.

La route est déneigée comme d’habitude dans cette partie là. Je coupe les lacets en marchant… Dans de la boue pour enfin arriver au cul de sac servant de parking : je vais enfin pouvoir marcher dans de la neige avec des raquettes… Et bien non!

Le temps change brutalement. Première photo, histoire de situer l’ambiance du jour.

Pelvoux, Mont et Village

Canon 6D : ISO 100, focale 24mm, ouverture f/5.6, obturation 1/1000s

Je sens que ça commence bien! Je pense qu’il me reste 2-3h de temps acceptable devant moi avant que cela ne devienne trop dangereux. Je fonce donc.

Altitude 1440m, j’atteins le raccourci qui va me mener au lieu dit les Choulières, à peu près 100m de dénivelé plus haut.

Sur la route de l'Eychauda

Canon 6D : ISO 100, focale 24mm, ouverture f/5.6, obturation 1/800s

Vous pouvez voir le danger du moment : des pierres qui tombent pour cause de dégel.

Hop sur le sentier!

Sur la route de l'Eychauda

Canon 6D : ISO 100, focale 50mm, ouverture f/8, obturation 1/400s

Là c’est encore plus simple : pas de neige, je marche donc tantôt dans de la boue, tantôt sur des éboulis avec des chaussures de rando d’hiver typée glacier, elles-mêmes protégées par des guêtres étanches me remontant jusqu’aux genoux, le tout dans une chaleur encore infernale pour la saison : ambiance. Il y a de quoi déprimer. D’ailleurs je ne suis pas le seul, puisqu’à ma grande surprise je vois un petit truc sauter afin d’éviter de finir écrabouillé sous mes pas : un criquet! Nous sommes le 1 mars, vers 1500m d’altitude et je rencontre un criquet!

Depressotetrix depressa

Canon 6D : ISO 100, focale 100mm, ouverture f/8, obturation 1/125s

Pour la petite histoire, il s’agit du criquet déprimé (Depressotetrix depressa, Orthoptera), rien d’anormal donc d’après mes renseignements : les adultes passent l’hiver ainsi, cachés sous les cailloux, sous la neige (quand il y en a).

Je continue ma route, j’arrive aux chalets de Choulières et là, brutalement le temps se refroidit : les nuages arrivent, pas menaçants pour l’heure, mais assez gros pour masquer le soleil : on sent la différence! Je continue malgré tout histoire de voir.

Les Choulieres

Canon 6D : ISO 100, focale 100mm, ouverture f/8, obturation 1/320s

Je m’engage sur le GR54, toujours sans mettre les raquettes : la neige, bien qu’un peu molle, reste assez dure pour supporter mon poids (plume), et je finis par rejoindre la route de l’Eychauda…. En même temps qu’une pluie fine débutante. Nous sommes à environ 1700m d’altitude.

J’avance un peu pour voir de quoi il retourne :

En allant vers Chambran

Canon 6D : ISO 100, focale 84mm, ouverture f/6.3, obturation 1/800s

Oulah! C’est bouché. C’est rageant quand on sait qu’il ne reste que quelques centaines de mètres à parcourir.

Je me retourne :

En allant vers Chambran

Assemblage de 2 photos. Canon 6D : ISO 100, focale 24mm, ouverture f/8

Bon! Ben je crois qu’il est temps de redescendre.

J’ai pris cette fois-ci la route enneigée pour revenir plus vite, ça a été une bonne idée puisque j’ai rencontré quelques sources gelées qui m’attendaient.

Glace

Canon 6D : ISO 640, focale 100mm, ouverture f/8, obturation 1/80s

Pour la petite histoire, le vent m’a posé quelques problèmes pour avoir cette goutte nette. Mais j’en reparlerais dans un autre billet.

J’ai donc rejoins mon point de départ sous la pluie pendant une bonne partie du chemin. Pluie qui a cessé vers 1400m.

Il fallait donc que j’y retourne, ce qui fut fait.

Essai 2 : départ depuis le parking sur la route de l’Eychauda (altitude 1400m), le reste en image (fichier gpx inside).

Mais pourquoi être parti d’aussi haut? C’est simple, j’avais ordre de manager mon compagnon de rando 😉

Il faisait beau, il faisait chaud… J’ai donc rencontré les copains désormais habituels : les lézards des murailles (Podarcis muralis)…

Podarcis muralis

Canon 6D : ISO 100, focale 100mm, ouverture f/8, obturation 1/160s

…Lesquels, comme à leur habitude, ont joué un jeu de cache-cache classique pour des curieux stressés.

Podarcis muralis

Canon 6D : ISO 100, focale 100mm, ouverture f/8, obturation 1/100s

Petite nouveauté, j’ai même rencontré une petite tortue, le papillon bien sûr. Il y en a qui l’appellent Vanessa, puisque son autre nom est Vanesse de l’ortie (Aglais urticae, Lepidoptera Nymphalinae).

Aglais urticae

Canon 6D : ISO 100, focale 100mm, ouverture f/8, obturation 1/200s

Mais comme vous pouvez le constater, il n’est pas facile de faire de belles photos sur un tel terrain avec un tel temps : tout ce beau monde était vif et ne tenait pas en place.

La progression était facile, du genre « même pas peur » malgré le vide…

Rando

Canon 6D : ISO 100, focale 24mm, ouverture f/8, obturation 1/800s

Quoiqu’il en soit, j’ai fini par atteindre Chambran…

Chambran

Canon 6D : ISO 100, focale 40mm, ouverture f/8, obturation 1/800s

…Et ses chalets

Chambran

Canon 6D : ISO 100, focale 24mm, ouverture f/8, obturation 1/320s

Mais la vallée est si étroite que l’ombre est vite arrivée : il fallait rentrer…

Chambran

Canon 6D : ISO 100, focale 24mm, ouverture f/8, obturation 1/1000s

..En profitant de la vue sur Puy Saint Vincent tout au fond là bas.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour valider votre commentaire, répondez à cette question : * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.